Follow Us

Suivez-nous

GO UP
Image Alt

Heaven Travel

Le blog

Biographies et autobiographies pour voyager depuis son canapé

Qui dit confinement dit temps pour soi. Et qui dit temps pour soi dit “se remettre à bouquiner”. Car la littérature est l’un des plus beaux et efficaces moyens de s’évader ! Voici notre sélection :

Le lumineux destin d’Alexandra David-Néel, de Jean Chalon (1985)

Alexandra David-Néel, cachée dans son habit de pèlerin et portant le sébille du mendiant, fut la première occidentale à pénétrer à Lhassa en 1924, au terme de huit mois de pérégrinations ardues à travers le Japon, la Mongolie, la Chine, l’Inde, et le Tibet. Bourgeoise anarchiste, exploratrice féministe, cantatrice orientaliste, bouddhiste érudite, journaliste franc-maçonne, écrivain centenaire… sa vie est un roman !

Le pôle intérieur, de Jean-Louis Etienne (1999)

Médecin dans l’Himalaya, au Groenland, en Patagonie, ou encore aux côtés d’Eric Tabarly lors d’une course au large, Jean-Louis Etienne est surtout connu pour ses expéditions en Arctique et en Antarctique – il est notamment le premier à atteindre le pôle Nord en solitaire en 1986. Retiré dans son Tarn natal au faîte de sa gloire, l’aventurier humaniste raconte comment se bâtir une existence en accord avec ses rêves. Précieux.

Les ours barbares, une vie de surf, de William Finnegan (2015)

Vous avez forcément entendu parler de cette autobiographie passionnante, récompensée partout dans le monde (elle a même reçu le prestigieux prix Pulitzer en 2016), écrite par un reporter de guerre passionné de surf. D’Hawaï à l’Afrique du Sud, de la Californie aux îles Fidji, il assouvit tout autour du globe sa passion des vagues, antidote radical aux angoisses suscitées par le monde moderne.

Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie, de Jean Raspail (1981)

Voici un personnage français oublié, et pourtant fascinant ! Raspail conte avec talent l’incroyable épopée de ce juriste périgourdin, devenu roi d’une immense région du Chili entre 1825 et 1878. Son nom se murmure toujours chez les indiens Mapuche, qu’il soutint face à l’armée chilienne en les aidant à créer leur propre gouvernement. Grand Prix du Roman de l’Académie Française en 1981.

Mes vies d’aventure, d’Henry de Monfreid (1973)

Un destin hors-normes que celui de cet écrivain mythique, dont on devient accro dès la première lecture. Marin puis corsaire sur le tard, marchand de perles, trafiquant d’armes et de hashich, il raconte ses aventures, notamment en Mer Rouge, dans une soixantaine d’ouvrages plus dépaysants les uns que les autres. Ce journal de bord est son ultime récit, dans lequel il revient sur ses exploits, mais aussi son enfance.

Fanny Stevenson, d’Alexandra Lapierre (1993)

La vie de l’épouse de Robert Louis Stevenson, le grand écrivain écossais à qui l’on doit L’île au trésor ou L’étrange cas du docteur Jekyll et de Mr. Hyde, valait bien une biographie. Cette pionnière de l’ouest américain a 35 ans lorsqu’ils se rencontrent ; elle est alors peintre bohème en France. Ensemble, ils partent pour la Suisse, l’Angleterre, la côte d’Azur, New-york, Hawaï, l’Australie… et posent leurs valises aux Samoa. Un livre qu’on ne lâche pas !

Le versant du soleil, de Roger Frison-Roche (1981)

Tout amoureux de l’alpinisme a des étoiles dans les yeux quand il prononce ce nom magique,  Frison-Roche ! Guide de haute montagne et moniteur de ski, journaliste, explorateur… le savoyard est aussi devenu un grand écrivain dès son premier récit, Premier de cordée, paru en 1942. A l’âge de 70 ans, il rédige son autobiographie, narrant ses innombrables voyages, du Sahara à la Laponie en passant par le Grand Nord canadien.

Le premier rasta, d’Hélène Lee (1999)

La journaliste a travaillé 10 ans sur le parcours de Leonard Percival Howell, le premier prédicateur de la divinité du Ras Tafari, nouvelle religion créée au début du XXème siècle à la Jamaïque, et devenue populaire dans le monde entier. Lors de ses pérégrinations dans les Caraïbes, en Europe, en Asie, et dans le New-York des années 20, Howell consolide la vision de son mouvement mystique qui doit libérer les esclaves jamaïcains. Captivant !